"> Livredor - Bichon frise de l'Enclos du Vieux Château éleveur naisseur

de l'enclos du vieux chateau

de l'enclos du vieux chateau Bichon frise

Bichon frise

Laissez nous un message

Nom / Prénom

E-mail

E-mail visible


Titre :

Votre message

Information

Votre adresse IP sera envoyée avec votre message
Votre adresse IP : 54.163.42.154

Les messages

Madame,

Je voulais encore vous remercier pour votre réconfort à travers votre message
Avec Okland nous avons effectivement partagé autant de bonheur qu'avec notre fille ; mais par vos sites n'ont beaucoup aidés ils sont des enchantements rien n'est laissé au hasard.... remplis de douceur, de tendresse, de passion, de connaissance, ont y trouve compassion ; comme je vous envie d'avoir cette vie entourée de tout vos petits amours.
Par contre il est vrai que pour vous comme pour leur maman chaque départ doit être ausi une déchirure après ces 8 semaines ou vous les avez choyés de tout votre amour, ... ; mais je pense aussi que votre expérience vous permet de mieux la gérer et plus rapidement; car dès leur naissance vous savez qu'ils vont partir pour poursuivre leur vie auprès de personnes de confiance qui deviendront leurs nouveaux parents...
Merci de la confiance que vous m'accordriez en me transmettrant la responsabilité de poursuivre ce que vous avez si bien commencé.
Amicales et respectueuses pensées

27/12/2013

Merci Vlasta!

Merci pour cet amour que vous offrez à tous vos petits chiens merveilleux...
Hugo, fils de Vénus et de Valentino , aura 11mois en février. C'est un petit chien adorable, joueur, coquin, très affectueux, surprenant par son intelligence. Il est très sociable, toujours de bonne humeur et si drôle par moments!
Vlasta, je vis avec Hugo une nouvelle passion amoureuse, un grand amour partagé , qui, je l'espère durera très longtemps...
Je voudrais dire a ceux qui hésitent quant au choix d'un chiot, ne sachant à qui s'adresser venez à Vlasta, confiez-vous a elle...
En adoptant Hugo, j'ai découvert avec ravissement le bichon frisé, tout en faisant la connaissance d'une dame merveilleuse .
Merci Vlasta!
Cathy-Hugo

29/01/2013

Madame Vlasta Roux,

C’est avec un immense plaisir que j’ai fait une agréable visite sur votre magnifique site.
Votre mise en page, vos articles, vos photos,
donnent un éclat particulier sur l’Amour que vous portez à vos Animaux,
qui ont trouvé un petit coin de Paradis.
Tout transpire la qualité, la propreté, l’organisation, le professionnalisme, l’amabilité, la tendresse.
J’ai eu le plaisir d’écrire, il y a plusieurs décennies, le texte :
AU FOND DU VIEUX REFUGE… Madame Vlasta Roux
qui fut repris, avec ma signature et mon autorisation, par Madame Brigitte BARDOT, sur son livre le Carré de Pluton, après en avoir utilisé une partie dans l’émission Télévisée
de Monsieur BOUGRAIN -DUBOURG, « Entre Chiens et Loups ».
Depuis, ce texte vogue de Sites en Blogs,
et a fait l’objet de mises en musiques par deux chanteuses, une en France l’autre en Suisse.
Pour ma part, je l’avais écrit dans le but
de décourager ceux qui auraient l’horrible intention d’abandonner leur Animal.
Félicitations pour votre excellent travail, que je vous encourage vivement à perpétuer.

Bien Amicalement, Gilbert DUMAS

**********************************

Au fond du vieux refuge...


Au fond du vieux refuge, dans une niche en bois,
Depuis deux ans je purge, d’avoir trop cru en toi.
Tous les jours je t’attends, certain que tu viendras,
Tous les soirs je m’endors, sans que tu ne sois là.

Pourtant, je suis certain, je te reconnaîtrai.
Viens me tendre la main, je te la lècherai.
Tu te souviens très bien, quand je sautais sur toi,
Que tu me caressais, que je dansais de joie.

Que s’est il donc passé pour que ce 16 juin,
Heureux que tu étais, je me rappelle bien,
Tu sifflais, tu chantais, en bouclant les valises,
Tu m'aies attaché, là, devant cette église.

Je ne peux pas comprendre, et ne croirai jamais
Que toi, qui fus si tendre, tu sois aussi mauvais,
Peut être es-tu très loin, dans un autre pays,
Mais quand tu reviendras moi j’aurai trop vieilli.

Ton absence me pèse, et les jours sont si longs,
Mon corps s’épuise, et mon cœur se morfond,
Je n’ai plus de goût à rien, et je deviens si laid,
Que personne, jamais, ne voudra m’adopter.

Mais moi je ne veux pas que l’on me trouve un maître,
Je montre bien mes dents, et je prends un air traître,
Envers qui veut me prendre, ou bien me caresser,
Pour toutes illusions, enfin, leur enlever.

Car c’est toi que j’attends, prêt à te pardonner,
A te combler de joie, du mieux que je pourrai,
Et je suis sûr, tu vois, qu’ensemble nous saurions
Vivre des jours heureux, en réconciliation.

Pour cela, je suis prêt à faire de gros efforts,
A rester près de toi, veiller quand tu dors,
Et à me contenter, même si j’ai très faim,
D’un vulgaire petit os, et d’un morceau de pain.

Je n’ai jamais rien dit, lorsque tu m’as frappé,
Sans aucune raison, quand tu étais énervé,
Tu avais tous les droits, j’étais à ton service,
Je t’aimais sans compter, j’acceptais tous tes vices.

Tu m’as mis à la chaîne, ou tu m’as enfermé,
Tu m’as laissé des jours, sans boire ni manger
J’ai dormi bien souvent, dans ma niche sans toit,
Paralysé, raidi, tellement j’avais froid.

Pourtant si tu reviens, nous partirons ensemble,
Nous franchirons en chœur , la porte qui ressemble
A celle d’une prison que je ne veux plus voir,
Et dans laquelle, hélas, j’ai broyé tant de noir.

Voilà, mon rêve se termine, car je vois le gardien,
Puis l’infirmière, et le vétérinaire plus loin.
Ils entrent dans l’enclos, et leurs visages blêmes,
En disent long pour nous, sur ce qu’ils nous amènent.

Je suis heureux, car tu vois dans quelques instants,
Je vais tout oublier, et, comme il y a deux ans,
Je m’endormais sur toi, mon cher et grand ami,
Je dormirai toujours grâce à ... l’euthanasie.

Et s’il t'arrive un jour, de repenser à moi,
Ne verse pas de larmes, ne te prends pas d’émoi,
Pour toi, j’étais qu’un chien, tu préférais la mer,
Tu l’aurais su avant, j’aurais payé moins cher.

À vous tous les humains, j’adresse une prière,
Me tuer tout petit, aurait peiné ma mère,
Mais il eût mieux valu, pour moi, cette manière,
Et vous n’auriez pas eu, aujourd’hui, à le faire.

03/01/2013